Stress : pour le contrôler il faut d’abord connaître son origine

Coeur qui bat plus fort, transpiration, maux de ventre, envie pressante d’aller aux toilettes… toutes ces sensations sont des réactions nerveuses face à une situation de stress. Comprendre d’où cela vient est le premier pas pour les contrôler !

Par la perception (ouïe, vue, odeur, touché), votre cerveau définit un danger. Sa première réaction et de se mettre en position de défense. 

Votre système nerveux central envoie alors des ordres aux systèmes nerveux périphériques, dont votre système nerveux autonome. 

C’est ce fameux système nerveux autonome qui va provoquer tous les petits désagréments que vous connaissez, sans que vous puissiez le contrôler (ou presque).  

 

Alors comment fonctionne ce système nerveux autonome (ou SNA pour les intimes) ? 

 

Il est composé de deux “branches” : 

1 – Le sympathique

2 – Le parasympathique

 

Le sympathique est un “accélérateur”, alors que le parasympathique est un “frein”. Chaque fonction est indispensable à votre bien-être. Mais si l’une prend le dessus sur l’autre – notamment l’accélérateur – il y a peut-être danger.  

 

Schématiquement voici quand ces branches s’activent :

Le sympathique provoque donc : 

 – transpiration

– contractions musculaires

– constriction des vaisseaux

– adrénaline (accélération du rythme cardiaque, dilatation des bronches…)

– noradrénaline (excitation, attention, vigilance, apprentissage…)

– cortisol (permet de libérer de l’énergie à partir des réserves de l’organisme…)

 

Alors que le parasympathique provoque : 

– digestion

– repos

– récupération

– sommeil

– dilatation des vaisseaux 

– acétylcholine (mémorisation, apprentissage, baisse pression artérielle, larmes, inhibe la sécrétion d’adrénaline)

 

Une personne qui présente du stress chronique – qui n’est donc pas lié à une situation ponctuelle – est une personne qui a un déséquilibre entre le sympathique et le parasympathique. C’est aussi une personne qui n’arrive pas facilement à revenir à un état neutre suite à une situation stressante. 

 

Il est possible de mesurer cet équilibre, ou déséquilibre, avec un outil de mesure du stress-control. Outil par exemple utilisé par le Service de Santé des Armées afin de mettre en place des protocoles pour gérer le stress post traumatique.

Sur Paris, seul Snooze Studio met à disposition cet outil pour le grand public. 

 

Enfin, bonne nouvelle, ce système a beau s’appeler “autonome”, il est quand même possible d’agir dessus ! 

 

Comment ? 

  • En pratiquant des exercices de respiration, de visualisation, de méditation. 
  • En pratiquant des exercices sportifs, dont le yoga qui est littéralement l’union du Corps et de l’Esprit, pour le développement physique et mental.
  • En activant le parasympathique via la perception comme avec un massage dans un environnement stimulant pour chaque sens (chromothérapie, sons relaxants, odeurs évoquant des souvenirs positifs…)
  • En faisant attention à sa nutrition
  • En diminuant les stimulants comme le café, boissons énergisantes, alcool…
  • En dormant 

 

Tel un sportif de haut niveau, ne vous laissez plus avoir par cette “faiblesse” et devenez un.e champion.ne de la gestion du stress !

Partager l'article

Je m'abonne à la newsletter Snooze Studio :
des tips bien-être envoyés un lundi sur deux

Snooze utilise des cookies pour une meilleure expérience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.